Le cout de la panne

Avec l’emprise croissante des technologies numériques sur le fonctionnement des entreprises, nous avons tous vécu la frustration liée à une interruption de service.
Voici une estimation du cout moyen d’une telle panne, donné par Compuware
: 11 M$. Ceci suite à une étude fondée sur 300 entreprises dans le monde.

Il faut noter par ailleurs que 80% des entreprises affirment qu’une panne est intervenue lors de la dernière année. Sur le panel étudié, nous aurions donc un budget de l’ordre de 2,5 G$.

Nous sommes loin des performances idéales d’un système robuste ayant une disponibilité d’au moins 99,9% (soit environ 9h d’interruption par an) ou mieux de 99,99% (soit moins d’1h d’interruption par an).

Selon une autre étude pour CA Technologies, la conséquence logique est l’utilisation du Cloud Computing pour des PRA (Plan de Reprise d’activité). Un autre panel de 300 responsables (Amérique du Nord seulement) indique l’intention pour 55% des utilisateurs à s’appuyer sur le cloud.

En effet les fournisseurs du cloud affichent pour la plupart de taux de disponibilité proches de 99,99%, tout en tenant compte des pannes bien médiatisées de certains grands acteurs .

Cette tendance semble assez logique. Imaginons un SI à la disponibilité modeste de 99% (soit 90h d’interruption par an). La mise en place d’un PCA (Plan de Continuité d’activité) avec un fournisseur Cloud disposant d’une disponibilité de 99,9% (ce qui est modeste également) ramènerait la disponibilité globale à 99,9999… (soit quelques minutes d’interruption par an). A condition bien entendu que la transition vers le système de secours puisse se faire “sans coutures”.

Le Cloud Computing est bien une cible de choix pour ce type d’opérations.

Comments are closed.