Google Drive vient raviver la concurrence

Google, un des grands acteurs du Cloud Computing longtemps absent des offres d’espace de stockage “brut” vient de lancer au mois d’avril son service Google Drive. Il faut rappeler que de nombreux autres services de Google permettaient déjà de gérer des documents en ligne, à partir du fameux Gmail jusqu’à l’espace Google Documents qui accueille d’ailleurs le complément “Drive”. Le service Google Drive lui même a déjà fait couler beaucoup d’encre puisqu’il était très attendu et annoncé depuis longtemps. Historiquement, Gmail avait servi de support aux premiers outils de stockage en ligne, avant même l’arrivée des acteurs du partage de documents actuellement en place comme Dropbox, Box.com, SugarSync, Mozy, …

On voit donc maintenant clairement se dessiner une concurrence entre deux types d’acteurs :

  • d’un coté les start-up lancées depuis 5 à 8 ans et entièrement focalisées sur la gestion des données dans le cloud, la synchronisation, le partage, etc…
  • de l’autre les grands acteurs venant de domaines variés et qui tendent à dominer tous les aspects du cloud computing

Dans la catégorie des grands acteurs figure bien entendu Amazon, au titre de fondateur, qui est resté pendant longtemps fournisseur de services d’infrastructure avant de se lancer dans la maîtrise d’écosystèmes complets dans le domaines des media, en particulier lorsqu’ils sont diffusés sur les tablettes de la marque (Kindle).

Microsoft, éternel challenger dans le monde Internet, propose un service SkyDrive assez généreux dans la version gratuite, afin de propulser son offre Office et limiter la fuite de ses clients vers Google.

Google, après avoir officiellement attendu que son service soit de qualité irréprochable, complète ainsi son offre de gestion de documents déjà très efficace, qui permet progressivement à l’utilisateur d’oublier son poste de travail pour faire toutes ses opérations “dans le cloud”.

Enfin, Apple bien qu’encore timide, franchit un grande marche qualitative avec iCloud, mais le service reste d’une part trop fermé au monde du constructeur et très orienté photo. Difficile donc de le comparer aux autres services polyvalents. D’ailleurs des rumeurs circulent sur des velléités de rachats de Dropbox par Apple !

La question qui se pose est donc de savoir si on doit anticiper un lent mouvement de consolidation autour des grands acteurs, voire de disparition pure et simple de certains acteurs dont le modèle économique ne serait plus viable. Cette question peut être cruciale dans le domaine de la gestion de données personnelles dont la principale valeur ajoutée est d’assurer la sécurité et la pérennité.

Il est bien entendu également impossible de répondre !

Ce qui nous laisse confrontés à deux choix :

  • Le choix de l’efficacité, de l’ergonomie et la simplicité, qui ont conduit un service comme Dropbox a une grande notoriété en peu de temps. L’arrivée des grands acteurs concurrents ne remet pas en cause les atouts des petits, elle risque au contraire de stimuler leur créativité.
  • Le choix de la sécurité et de la pérennité, conduisant vers de plus grands acteurs. Mais attention de s’assurer que les offres choisies seront elles-mêmes pérennes au sein de ces entreprises, ce qui n’est pas toujours le cas.

En tout état de cause, la prudence nous guide aussi à garder la maîtrise complète de nos données, et d’envisager toujours les moyens d’une migration d’un service à un autre. A ce titre, il est intéressant de surveiller l’apparition d’outils open sources ou ouverts permettant de construire sa propre solution cloud sur mesure (ubuntu, owncloud, goodsync, …).

Comments are closed.